Pourquoi consommer ses fruits en dehors des repas ?

Aujourd’hui les recommandations de santé préconisent de manger 5 fruits et légumes par jour. Pour maintenir ce nombre, il faut bien sûr consommer des fruits, et on nous conseille souvent de prendre ces fruits en dessert à la place d’un autre dessert plus lourd et industriel (crème dessert, yaourt avec additifs…). Or ce n’est pas forcément la bonne solution pour profiter pleinement des bienfaits des fruits et être en forme après son repas ! La naturopathie préconise plutôt de consommer les fruits seuls en dehors des repas. Mais pourquoi ? Explications !

Un peu de théorie : l’équilibre acido-basique

Le corps a besoin d’équilibre et de constantes pour bien fonctionner. On peut penser par exemple à la température qui doit rester autour de 37°C lorsqu’on est en bonne santé, à la glycémie qui ne doit pas trop augmenter de façon régulière sous peine de développer un diabète et toutes les complications qui vont avec. Mais on pense moins souvent à l’équilibre acido-basique. Le corps a besoin de maintenir un taux d’acidité plus ou moins « neutre ». On se réfère au « pH » lorsqu’on parle d’acidité. Sur une échelle de 0 à 14, un pH égal à 0 représente l’acidité extrême et un pH de 14 l’alcalinité extrême. Un pH de 7 est donc neutre.

ph-scale-fr
Echelle de mesure du pH. (Source)

Les différents compartiments du corps vont fonctionner à différents pH, donc différentes acidités. On sait tous que l’estomac est acide, et bien cela dépend de ce qu’on mange ! il sera très acide et peut descendre jusqu’à un pH de 1 lors de la digestion de protéines, mais sera seulement à un pH de 5 pour la digestion de féculents, donc moins acide. La peau présente un pH légèrement acide, de 5,5. Le pH du sang est, lui, très légèrement basique : il est compris entre 7,35 et 7,45. L’équilibre au niveau du sang est réglé de façon très fine tant il est primordial. Par moins de 6 mécanismes entrent en jeu pour maintenir cette constante !!

Les réactions du métabolisme corporel, c’est à dire toutes les réactions qui ont lieu dans notre corps pour assurer ses fonctions et sa survie, ont tendance à acidifier le corps. Heureusement, comme par exemple pour le sang, beaucoup de mécanismes entrent en jeu pour éviter des variations dangereuses d’acidité. Cependant, trop d’acidité de façon répétée peut fatiguer ces systèmes et fragiliser le corps.

L’un des conseils pour aider son corps et éviter qu’il ai à trop compenser, est donc de lui apporter moins d’acidité par l’alimentation. Il y a plusieurs choses à faire sur lesquelles je reviendrai dans un autre article. Et c’est ici que la consommation des fruits pendant ou hors des repas prend tout son sens !

L’acidité des fruits ?

Tout d’abord, notons qu’un aliment au goût acide ne sera pas forcément acidifiant pour le corps (nous allons parler du citron). A l’inverse, un aliment n’ayant pas un goût acide peut être très acidifiant (produits industriels en général. Citons par exemple la charcuterie, les chips…).
Si vous voulez avoir plus de détails, il existe l’indice PRAL permettant de classer les aliments selon leur potentiel d’acidification ou alcalinisation une fois consommés. Tous les fruits n’ont pas le même indice PRAL.
Mais prenons l’exemple de fruits consommés hors du repas : je vais manger ma pomme au goûter. Comme beaucoup de fruits, cette pomme contient ce qu’on appelle des acides faibles. Mais elle contient aussi des minéraux qui vont aider mon corps à tamponner cette acidité (c’est à dire compenser une variation d’acidité). De plus, prise seule, la pomme va être rapidement digérée, assimilée, les acides faibles vont donc rapidement circuler. Or les acides faibles sont facilement pris en charge par les poumons, qui vont les rejeter lors de la respiration. Pas d’impact sur l’équilibre acido-basique de mon corps, donc.

Mais si je mange cette pomme à la fin de mon repas, mon estomac est déjà plein. Si en plus j’ai fait un repas lourd avec plusieurs aliments, de grosses quantités de féculents et protéines à part égales, mon estomac a beaucoup de travail et ne sait plus où donner de la tête car ces aliments se digèrent dans des conditions différentes. Ma petite pomme va donc rester longtemps dans mon estomac à 37°C avant d’être assimilée. Elle va alors avoir le temps de fermenter. Les acides faibles vont être altérés et être mélangés à d’autres substances dans l’estomac, et ne pourront ensuite plus être éliminés en fin de repas par les poumons.

apples-490474_640
Grosse réserve de goûters

Deux conséquences à l’ingestion de ma pomme à la fin du repas :

  • Les acides de la pomme vont alors avoir une action acidifiante sur le corps car ils ne seront pas correctement éliminés par les poumons. Le corps va bien sûr corriger ce petit pic d’acidité, mais lorsque ça arrive quotidiennement, plusieurs fois par jour, on fatigue ces systèmes sur le long terme, des déséquilibres s’installent, et c’est un facteur de risque pour l’installation des maladies chroniques (telles que l’ostéoporose par exemple, les rhumatismes etc.)
  • La pomme fermente dans l’estomac car elle ne se digère pas dans les mêmes conditions que le reste du bol alimentaire, et l’estomac est débordé. Cela produit des gaz, gêne la digestion. Une personne avec une bonne digestion ne remarquera pas cet effet. Mais une personne à la digestion un peu plus lente ou fragile (par constitution, ou parce que cette personne est fatiguée, stressée…) se sentira plus lourde et ballonnée après son repas, alors que son dessert n’était qu’un fruit !

Des pauses fruitées plus consistantes

Maintenant vous êtes tous convaincus de déplacer votre fruit du dessert à votre pause goûter ou au petit déjeuner ! Mais seul, ça peut vous paraître peu consistant surtout si vous passez d’un petit déjeuner tartines ou gâteaux à une pomme. Dans ce cas, sachez que vous pouvez sans problèmes consommer plusieurs fruits différents en même temps, et les associer à des graines et oléagineux ! Noisettes, amandes, noix du Brésil, de cajou, graines de lin moulues… il y a tellement de possibilités !

Le miam-ô-fruits est parfait pour le petit déjeuner, le goûter, ou même pour un repas du midi léger et digeste si ça vous dit ! Je propose aussi sur le blog la recette d’un porridge aux fruits et graines de chia rapide à réaliser et plein de bons fruits ! N’hésitez pas non plus à faire la part belle aux smoothies, voire aux green smoothies : des smoothies avec ajouts de légumes verts, comme des feuilles d’épinards crues, des carottes, de la betterave, de l’avocat… Ne fuyez pas, c’est très bon ! Vous pouvez les booster avec des graines de lin moulues, de la purée d’amandes, une pincée de curcuma et gingembre… Et si vous n’avez pas le temps de préparer ça, une banane, une poignée d’oléagineux et d’autres fruits en option peuvent faire l’affaire. C’est riche en fibres, vitamines, minéraux, oligo-éléments, bon gras… Pourquoi s’en priver ?

green-juice-1654582_640
Un délicieux petit smoothie vert !

Attention aux horaires !

Et oui, je viens encore complexifier un peu la chose ! Le combo fruits-oléagineux pour le petit déjeuner, c’est une très bonne façon de démarrer sa journée. Le jus d’un demi citron dans de l’eau tiède à jeûn aussi, c’est même réputé pour être alcalinisant. Mais il y a un mais. Si vous êtes quelqu’un de nerveux, frileux (comme moi), ou à la digestion faible, vous avez tout intérêt à déplacer la collation fruitée en milieu de matinée ou, mieux, au goûter. L’élimination des acides faibles et la digestion des fruits est en effet meilleure dans l’après midi. Il se peut que votre capacité de digestion ne soit pas suffisante de bon matin pour digérer et éliminer tout ça de façon optimale.
Vous pouvez faire le test : buvez votre jus de citron, mangez votre assiette de fruits au petit déjeuner. Si ensuite vous avez un peu plus froid, que votre haleine change légèrement ou ressentez des picotements et un tiraillement au niveau des dents, vous pouvez déplacer votre collation fruitée à 16-17 heures et manger autre chose le matin.
Depuis quelques semaines, je garde mon miam-ô-fruits pour le goûter et le matin je mange quelques tartines de pain des fleurs avec une infusion. Comme ça quand je sors dans le froid du mois de février, je ne suis pas déjà refroidie ! Pendant l’été, c’est moins embêtant puisqu’il fait chaud, et la digestion est meilleure. Il se peut que je ré-introduise les fruits en guise de petit déjeuner à ce moment là.

Une autre option consiste à manger un fruit 10 à 15 minutes avant le repas du midi ou du soir. Ainsi, il aura eu le temps d’être digéré, vous profiterez de ses bienfaits sans les petits désagréments, la digestion sera optimale. De plus, ça peut éviter de se jeter sur son plat. Ou, dans mon cas, de me jeter sur le pain ou autres grignotages en attendant que le repas soit prêt !

Alors ça y est, vous déplacez vos fruits hors du repas ?

 

Crédits photos : Pixabay.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s