Je me lave… à l’argile

Avant, je me lavais au savon. Mais ça, c’était avant ! Ma peau hyper sensible m’a obligée à chercher des alternatives aux gels douches pleins de détergents agressifs et de perturbateurs endocriniens que mon corps ne tolérait plus. Et voici comment j’ai découvert les vertus nettoyantes de l’argile !

L’argile, kézako ?

L’argile est une matière rocheuse sédimentaire. Réduite en poudre, elle a bien des propriétés en cosmétique ! Tout le monde connaît le fameux masque à l’argile purifiant sur le visage, à laisser poser quelques minutes sans laisser sécher. Verte, blanche, jaune rose, rouge… Plusieurs couleurs d’argile existent en fonction de sa teneur en fer, avec des propriétés légèrement différentes. Les peaux très sensibles préfèreront par exemple un masque du visage à l’argile blanche ou rose, plus douces que la verte. Mais elle n’est pas utile qu’en masque ! Certain-es utilisent l’argile en tant que base pour dentifrice, et dans un prochain article je parlerai de son utilisation par voie interne.

De l’argile en savon

J’ai toujours eu la peau extrêmement fragile et réactive. Le moindre contact avec une molécule allergisante et c’était la plaque d’eczéma assurée ! Je me suis peu à peu rendue compte que les gels douche, et même ceux achetés en pharmacie pour peaux sensibles, aggravaient le problème. A force de chercher un produit lavant que ma peau apprécierait, je suis d’abord passée au savon de Marseille au lieu des gels douche, puis au savon saponifié à froid. Ce savon très gras et très doux est très apprécié en slow cosmétique. Jusqu’à ce que je tombe sur la douceur ultime, qui nourrit la peau tout en préservant la flore vivant à sa surface : l’argile ! Avec ses capacités d’absorption du sébum et des impuretés, elle suffit amplement au lavage. Elle nourrit également, limite la prolifération bactérienne sans décaper la peau, a des vertus cicatrisantes… Je mets trois à quatre cuillères à soupe d’argile verte dans un bol et j’y ajoute de l’eau pour former une pâte un peu liquide. J’y ajoute en option une cuillère à café d’huile végétale pour nourrir (par exemple jojoba, avocat, amande douce…), et une cuillère d’aloé vera pour hydrater. Je me mouille d’abord sous la douche. Puis je me tartine de mon mélange, à l’aide de mouvements circulaires. J’attends une minute (qui peut parfois être longue l’hiver quand il fait froid !). Pour passer le temps tu peux penser à ton petit dej d’après, faire des squats, réveiller tes cordes vocales, ce que tu veux tant que tu es seul-e !

Ensuite je rince, et voilà ! J’essaie de me doucher plutôt à l’eau tiède que chaude, toujours pour éviter de sensibiliser ma peau et éviter les rougeurs.
Certaines personnes comme Laëtitia du blog « Le corps. La maison. L’esprit » ne jurent que par le lavage au rhassoul (ou ghassoul), selon le même principe.

Jusqu’à présent, personne ne m’a évitée, je ne sens pas ! Un jour j’ai demandé à quelques personnes autour de moi pour savoir si ils sentaient une odeur particulière et n’osaient pas me faire la réflexion, mais non ! Niveau bien-être en revanche, ce n’est que du positif : j’ai gagné en confort au niveau de ma peau. Moins de plaques sèches, de picotements, de petites démangeaisons.  J’associe ça avec un brossage lymphatique à sec de temps en temps pour faire circuler les toxines et éliminer les peaux mortes, j’en parlerai dans un prochain article. Résultat : ma peau est plus douce au toucher !

adorable-20374_1280
Comment je me sens quand je sors de ma douche à l’argile. Crédits : Pixabay

Un point sur la flore bactérienne

La flore bactérienne est l’ensemble des bactéries ayant élu domicile sur et dans ton corps. On parle beaucoup de la flore intestinale et de tout ce que ces micro invités font pour notre santé. Et bien c’est pareil pour la peau ! Les micro-organismes ayant élu résidence sur le long terme à la surface de notre peau sont en général non pathogènes. Bactéries, levures et autres occupent ainsi déjà la surface, empêchant d’autres micro-organismes, pouvant être plus problématiques, de s’y installer. Les lavages répétés avec des produits agressifs peuvent enlever ce film protecteur, la peau devient alors plus fragile aux possibles microbes pathogènes et aux agressions de l’environnement (pollution, cosmétiques chimiques…). D’où l’intérêt d’être doux avec sa peau !

Es-tu prêt-e toi aussi à tester la douche à l’argile ?

 

Article originalement écrit et publié pour le site de Générations Cobayes.

Publicités

2 commentaires sur « Je me lave… à l’argile »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s