« Before the flood », le documentaire de Léonardo DiCaprio avec National Geographic

Cette semaine, comme beaucoup de personnes (j’espère !) dans le monde, j’ai regardé le documentaire de Léonardo DiCaprio avec le National Geographic. Rapide conte-rendu ici !

blog_planete2

Depuis environ un an et demie j’ai commencé à me poser des questions sur tous les liens entre santé, consommation et environnement. Plus je lis de bouquins, visionne de documentaires et écoute des conférences, et plus je me dis que tout est lié.

J’ai arrêté d’acheter des gels douche et du shampooing pour ma santé, ce qui a permi de réduire mes déchets plastiques dûs aux emballages, mais aussi de diminuer les produits chimiques que je rejetais dans la nature par les évacuations de ma salle de bain. Et ce sont également des produits en moins qui ont été testés sur les animaux. Dans ce cas, une action pour ma santé a eu une répercussion (certes minime, mais c’est l’histoire du colibri !) sur la santé de la planète et l’exploitation animale.

J’ai arrêté de manger de la viande et du poisson et pratiquement arrêté les produits laitiers, par souci éthique au départ. Cette décision a également eu un impact positif sur ma santé, et a permi de diminuer mon empreinte carbone. Une décision éthique influe donc santé et écologie. Des exemples comme ça, j’en ai encore plusieurs.

Et justement, la diminution de la consommation de viande en général, et de boeuf en particulier, c’est une des solutions pour limiter l’impact du dérèglement climatique proposé dans « Before the flood ».
J’insiste sur cet aspect car non seulement il me tient à coeur, mais il est aussi l’une des quelques solutions proposées dans le film. Et ce serait celle qui aurait le plus gros impact sur l’émission des gaz à effet de serre à court terme. Ne serait-ce que remplacer le boeuf dans son alimentations par de la volaille, et pourquoi pas réduire voire supprimer sa consommation de viande, permettrait donc de diminuer drastiquement les émissions de gaz à effet de serre (l’industrie de la viande polluant plus que les transports par exemple) mais aurait aussi d’autres effets collatéraux : diminution de la pollution des sols, de la déforestation, de la pression mise sur les terres agricoles…

blog_planete3

Moi qui étais encore dans la dynamique de « Demain« , très positif, j’avoue que j’ai eu une petite claque. Par ma faute, car Léo (de son petit nom !) prévient le spectateur dès les premières minutes du film : c’est un pessimiste. Il a fait le tour du globe, rencontré des acteurs de l’économie et de l’écologie, des scientifiques, des professeurs… Pour arriver à la conclusion qu’il est trop tard. Effectivement, le changement climatique est irréversible. Ce qui est possible en revanche, et il a le mérite d’insister là dessus, c’est de limiter cet impact. Arrivés à un certain point, les mécanismes de régulation climatique de la planète vont s’emballer car ils seront dépassés par l’ampleur du travail qu’on leur fournit. A ce moment là, on ne pourra plus faire grand chose à part subir et tenter de limiter les dégâts que nous avons causé. La bonne nouvelle c’est qu’il est encore temps de faire quelque chose pour ne pas atteindre ce point de non retour !

Ce que j’ai pensé au début, c’est que le film adopte donc un ton alarmiste. Puis en y repensant, je qualifierais plutôt le ton de franc. Oui, les images polaires du Groënland, de la banquise en train de fondre et les chiffres associés font peur. Mais ils sont vrais. En 2050, à ce rythme, il pourrait ne plus y avoir de banquise au pôle nord. Autant être clair et le dire. Et les images magnifiques donnent plus qu’envie d’enrayer la fonte des glaces.

blog_planete1

Si « Demain » se concentre sur les solutions locales à appliquer, « Before the flood » regarde le problème de façon globale. Il montre la pression mise sur les populations des pays émergents. En effet, comment demander à l’Inde de s’équiper de système énergétiques renouvelables pour sa croissance économique lorsque l’accès à l’énergie est une question sensible pour des millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans ce pays ? Et comment « dédommager » les populations des îles, ayant un impact limité sur le climat, mais qui subissent déjà les conséquences d’un changement climatique amorcé par les pays les plus polluants ?

Léo insiste également sur plusieurs aspects importants pour réduire l’impact de l’homme sur le climat : l’éducation sur le changement climatique ; la diminution de la consommation de boeuf (et ça, on peut commencer dès aujourd’hui !) ; l’utilisation d’énergies renouvelables ; la préservation de la forêt tropicale ; le vote citoyen pour des représentants prêts à prendre des mesures pour l’environnement (je suis plutôt désabusée sur cet aspect, mais pourquoi pas) ; soutenir l’innovation technologique permettant une énergie renouvelable, et qui apporte d’ores et déjà des alternatives… les solution proposées sont en ligne sur le site du documentaire, ici. Bien que je ne sois pas d’accord pour le « tout éolien » (tout de même source de pollution et ne pouvant, je pense, soutenir à lui seul toute une consommation nationale), il existe une foule de solutions à appliquer et d’énergies renouvelables à emprunter à la nature (solaire, géothermie…). Et c’est possible ! Par exemple comme en Suède, qui prévoit de s’affranchir totalement  des énergies fossiles d’ici à 2050.

Et puis, pour laisser parler la groupie qui sommeille en moi, Léo, c’est un peu la rock star de l’écologie. Qui profite de son impact médiatique pour réaliser un documentaire en accès libre pendant 7 jours, afin qu’une grande partie de la population puisse le voir. C’est l’acteur génial qui, après des années de nominations aux oscars, parle climat dans son discours le jour où il en gagne enfin un. Qui a créé sa fondation, aidant des projets de préservation culturelle et de la biodiversité à travers le monde.

Le film est encore accessible aujourd’hui, sur différentes plateformes. Visionnez-le vite !!

Et si vous l’avez déjà vu, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s