Comment j’ai mis K.O. mon psoriasis

Bonjour !

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet un peu plus personnel puisqu’il concerne ma santé. Je suis bénévole au sein de l’assocation Générations Cobayes, et j’ai eu l’opportunité d’écrire un témoignage pour eux, à propos de mon psoriasis et comment j’ai réussi à le calmer. Pas de surprise, ce n’est pas grâce à des shampooings pleins de molécules issues de la pétrochimie ! Voici l’article, bonne lecture :

Avant toute chose : ceci est un témoignage personnel. Il ne saurait en aucun cas remplacer l’avis d’un médecin. Chaque cas et ses causes sont différent.

LE DIAGNOSTIC

J’ai toujours eu la peau très fragile et réactive. Il y a quelques années, quand mon cuir chevelu a commencé à me démanger continuellement, que de grosses pellicules grasses sont apparues et que je me suis mise à saigner, avoir parfois un peu de pus et avoir très mal au niveau de ces plaques inflammées, j’ai d’abord cru à une nouvelle forme d’eczéma d’origine allergique ou due au stress.

Lors de mon rendez-vous annuel chez ma dermato-allergologue, le verdict est tombé : je faisais pour la première fois de ma vie du psoriasis. Elle m’a renvoyée chez moi avec un traitement de cheval et la très engageante phrase : « Le psoriasis, votre nouvel ami… pour la vie ! ». Sachant que parfois les poussées de psoriasis peuvent être liées au moral, j’étais donc mal partie !

Pso1
Mon cuir chevelu : une métaphore – Crédit : Pixabay

LE PSORIASIS, C’EST QUOI ?

Le psoriasis est une maladie de peau inflammatoire chronique, c’est à dire persistante dans le temps, et qui peut réapparaître périodiquement. Elle est non contagieuse. La cause de son apparition reste à ce jour floue, bien que plusieurs facteurs possibles aient été impliqués (stress, fatigue, alimentation, antécédents familiaux voire même maladie auto-immune).

Concrètement, la peau est constituée de plusieurs couches, dont l’épiderme en surface, servant entre autres de protection contre les agressions extérieures. Cette couche se renouvelle constamment, en trois à quatre semaines. Le problème des plaques de psoriasis, c’est qu’à leur niveau ce cycle se déroule en seulement quatre à six jours ! Les cellules épidermiques jeunes s’accumulent à la surface de la peau, là où elles ne devraient pas se retrouver, formant les squames (couches de pellicules blanches) et tout ce processus entraîne une inflammation.

Cela peut, dans les cas les plus graves, nécessiter un aménagement du poste de travail si l’employé est reconnu comme handicapé du fait de la gravité de sa maladie ! Sans aller jusque là, en plus de l’inconfort de la peau et de la gêne esthétique, le psoriasis peut avoir de nombreux effets collatéraux : douleurs au niveau des inflammations, diminution de la vie sociale (difficile en pleine crise d’assumer les sorties), mal-être (je ne détachais plus mes cheveux, le passage chez le coiffeur était une torture car on allait forcément me parler de mes plaques, certaines personnes ne mettront plus de manches courtes même en été pour cacher leurs bras atteints…) pouvant aller jusqu’à la dépression.

LE TRAITEMENT

Me voilà donc de retour chez moi avec un sac plein de bouteilles et crèmes en tout genre. Mon traitement est donc le suivant : des antihistaminiques oraux, et encore d’autres choses, car on ne sait jamais ! Plusieurs flacons de gel à base de cortisone à m’étaler sur le cuir chevelu tous les soirs et laisser poser la nuit, pour calmer l’inflammation. Un shampooing de pharmacie, non remboursé et coûtant un oeil, pour les deux shampooings matinaux nécessaires pour enlever toute la cortisone de mon cuir chevelu. Des compléments alimentaires à base d’huile de poisson, eux aussi nécessitant un petit budget, afin de m’aider à combler de possibles carences et garder un moral correct. Si mes plaques ne diminuent pas, mon médecin me propose de me mettre également sous anxiolytique.

Pso2
Que du bonheur, je vous dis ! – Crédit : Pexels

Premier jour après le masque nocturne et les shampooings : chouette, ça me gratte moins ! Je suis ce traitement quotidiennement pendant deux semaines et je peux enfin me détacher les cheveux de temps en temps, je suis contente ! Comme mes plaques se sont bien calmées, je diminue la fréquence du traitement comme me l’a indiqué le médecin. Et là, désillusion : je ne peux pas. Mon cuir chevelu ne démange pas le jour de la cortisone et du lavage, mais le lendemain les démangeaisons et les plaques reviennent. C’est à ce moment que je réalise que ce lourd traitement, qui me demande un temps fou, de l’argent et en prime abîme mes cheveux, ne fonctionne pas. Ou plutôt, il cache mes symptômes, mais personne, ni moi ni les médecins, ne nous sommes posés les questions de la cause.

LE JOUR OÙ J’AI CRAQUÉ MA BOUTEILLE DE SHAMPOOING

Dans la foulée, j’ai commencé à regarder la composition de ce que m’avait prescrit le médecin. Prenons l’exemple du shampoing. Nous sommes d’accord que mon cuir chevelu est à vif, irrité, inflammé. Pourquoi mon shampooing dit « adapté » contient alors des tensioactifs irritants ? Certes il ne contient pas de parabènes, mais une molécule en remplacement appelée, attention, méthylisothiazolinone. Molécule utilisée en tant que conservateur, mais possédant un fort pouvoir allergène. Dans un communiqué datant d’octobre 2014, la Société Française de Dermatologie s’inquiète de la présence de cette molécule dans les produits cosmétiques et de l’augmentation des cas d’allergies liés. Je me mettais donc quotidiennement et allègrement cet allergène notoire sur des plaques inflammées. Quant à la fragrance, sobrement notée « parfum« … c’est un peu vague comme appellation non ? Souvent ce terme signifie que c’est un parfum de synthèse qui est utilisé, il est donc probable qu’il soit composé de phtalates, un perturbateur endocrinien bien connu.

Alors j’ai décidé d’arrêter. Tout. Je ne me laverai plus les cheveux avec des shampooings, je ne ferai plus confiance à ma pharmacie ! Dans la foulée je suis tombée sur des blogs prônant le no-poo. Le no-poo, c’est le « no shampoo », c’est à dire pas de shampooing, et donc pas de produits cracra. Mais on utilise plein d’autres choses ! Si le bicarbonate de soude me semblait trop agressif pour ma peau hyper réactive, j’ai commencé par des pâtes à base d’argile qui l’ont assainit. Puis j’ai trouvé de la poudre de Sidr, qui comme le shikakai apaise le cuir chevelu. Je ne faisais plus qu’un « lavage » par semaine, et le reste du temps si j’avais les cheveux gras, je rinçais bien à l’eau avec des massages du crâne.

Pso3
Poudres lavantes : 1 ; traitements chimiques : 0 – Crédit : Pixabay

LE MIRACLE

Et à partir de ce moment là… Mes plaques se sont résorbées, mon cuir chevelu s’est assainit, j’ai gagné un temps fou au réveil. Mes cheveux ne sentent plus le propre chimique, certes, ils sentent le cheveu. Et un cheveux sain, ça ne pue pas (en tout cas personne ne m’a évitée depuis) ! Maintenant, je me fais mes petites pâtes lavantes une fois tous les quinze jours, je passe parfois mes cheveux à l’eau entre temps. Et tout va bien : mon cuir chevelu ne regraisse plus, et je n’ai plus eu de plaques depuis ! J’en conclus que dans mon cas, le psoriasis était provoqué par un trop plein de produits chimiques et que mon corps a dit stop. Finalement, je l’en remercie ! Même sans problèmes de peau, on a tout à gagner à arrêter de se tartiner le crâne de perturbateurs endocriniens et allergènes, pour notre propre santé.

Cela fait donc un an que le no-poo et moi nous sommes trouvés, et je peux dire que nous deux, c’est pour la vie ! Et comme il me fait du bien sans me faire de mal : vive la vie sans chimie, vive l’éco-orgasme !

SOURCES

Fitch E, Harper E, Skorcheva I, Kurtz SE, Blauvelt A, Pathophysiology of psoriasis: recent advances on IL-23 and Th 17 cytokines [archive], Curr Rheumatol Rep, 2007;9:461-46
http://allergo.lyon.inserm.fr/fiches_patientes/Fiche12.pdf
http://www.sfdermato.org/media/pdf/communique-presse/cp-sfd-conservateur…

Texte : Marion
Illustrations : Anaïs et Lucile. G

Cet article vous a plu ? Vous pouvez le retrouver ici, ainsi que les autres articles de Générations Cobayes !

Publicités

3 commentaires sur « Comment j’ai mis K.O. mon psoriasis »

  1. Contente que ton psoriasis se soit calmé. J’espère qu’il ne fera jamais plus son apparition 🙂 Continue ta routine de vie saine, ça ne peut être que bon pour toi, ta santé et ton moral 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s